LOURDES REUSSITES :
Sous le titre « Un bon cru au bac », « La République des Pyrénées » (13/7) s’extasie devant les résultats de la bonne ville de Lourdes : « 96% de mentions très bien, bien et assez bien. Du jamais vu ! » Mazette ! La cité mariale serait-elle un paradis pour les surdoués ? En réalité, pour obtenir ces mirobolants 96%, le confrère a eu un recours à un calcul simple. Il a ajouté le pourcentage du lycée public de La Serre de Sarsan (« toutes mentions confondues », 50%), à celui du lycée privé Peyramale (« 46% de mentions »). En additionnant ces deux nombres, il faudrait donc compter « 96% de mentions » à Lourdes. Et ce n’est pas fini. Car un troisième lycée de la ville n’ayant pu être comptabilisé, la part de ces mentions au bac devrait, selon cette nouvelle arithmétique, dépasser largement les 100%. Lourdes, ville de tous les miracles !
Voici un article paru dans le « Canard enchaîné » en juillet 2006

1) Pourquoi le journaliste du Canard Enchaîné a-t-il titré : Lourdes réussites ?

2) Que penser des connaissances mathématique de la République des Pyrénées ?


1
-B) [Journalistes toujours] Ils sont pressurisés, robotisés, par leur hiérarchie capitalistique donc orientée profits. Entre autres effets: Ils ne pensent pas. Ils n'ont aucun temps pour penser. Cela leur est de facto impossible/interdit. Ça ne gène pas grand monde d'ailleurs car le lectorat des articles est très peu analytique.
[Journalistes] Ils se bornent donc à recopier des faits (plus précisément des dires) extraits du "prompt" produit par une "agence de presse" auquel leur journal est abonné.
La partie la plus intelligente (et rare en occurrence, car demandant davantage de temps et de concentration) de leur activité "journalistique" consiste à dépouiller des "dossiers de presse" sans rien vérifier ni comparer - Dépouiller donc... Seulement dans l'espoir d'y trouver un information SENSATIONNELLE (au sens propre). Qualité utile: choquante, ubuesque, drôle, ou irritante. En es-qualité, elle doit nécessairement être courte et très facile à "calculer" (2).
Conclusion: MATH(1) EXCLUE, analyse, comparaison de valeurs numériques, raisonnement logique, tout ça évidement exclu! Voilà pourquoi je me suis permis d'écrire en tête que la question n'était pas posée au juste niveau dans l'arabogramme (2).
Renvois: (1): "math" sans "s" à la fin est l'abrégé de "mathématique", n.c féminin, singulier collectif. On peut aussi user de "maths", abrégé de "mathématiques", collectif f. pluriel. (2): En "novlangue" (ensemble de néologismes): -"calculer": Capter ou apprécier sans chercher à comprendre. -"arabogramme": algorithme.

Réponses

2014-02-13T10:30:52+01:00
Les pourcentages ne s'additionnent pas.
explication:
50% du lycée qui contient 1000 élèves => 500 élèves 
46% de l'autre qui contient 800 élèves => 368 élèves 
cela fait 868 élèves qui réussissent SUR 1800
donc 868/1800 = 48,22% c'e'st différent.
maintenant on dira "bête comme un journaliste de la République des Pyrénées"
Et "Analytique comme un modérateur de MesDevoirs"!
Etre mauvais en math ne signifie pas forcément qu'on est stupide.
c'est bien vrai ça et puis es-t-on sûr d'être mauvais en maths?
Mon excellente prof de philo disait aux littéraires qu'ils ne comprenaient pas les maths parce que c'était trop simple pour eux. Je pense qu'elle avait raison.