Il etait une fois un navire de sa gracieuse majesté partis en mer for a long trip avec , de la nourriture pour 60 jours. Hélas, quelques heure plus tard , les marins n'ayant encore rien mangé, ils croisent un bâtiments en perdition et recueille 30 naufragés. En supposant une consommation égale de chacun et qu'il n'y auras pas de rationnement , le capitaine calcule qu'il ne pourras tenir que 50 Combien de marins était-ils au départ ?

1

Réponses

2012-10-22T20:11:45+02:00

eh bien j'aurais envie de te dire que je n'en sais absolument rien ! mais bon c'est l'intention qui compte !Déçu par l'accueil rencontré par Pertharite (1652, pendant les troubles de la Fronde), au moment où le début de sa traduction de L'Imitation de Jésus-Christ connaissait un extraordinaire succès de librairie, il décida de renoncer à l'écriture théâtrale et acheva progressivement la traduction de L'Imitation. Plusieurs de ses confrères, constatant à leur tour que la Fronde avait occasionné un rejet de la tragédie historique et politique, renoncèrent de même à écrire des tragédies ou se concentrèrent sur le genre de la comédie. Tenté dès 1656 de revenir au théâtre par le biais d'une tragédie à grand spectacle que lui avait commandée un noble normand (La Conquête de la Toison d'or, créée à Paris six ans plus tard fut l'un des plus grands succès du siècle), occupé les années suivantes à corriger tout son théâtre pour en publier une nouvelle édition accompagnée de discours critiques et théoriques, il céda facilement en 1658 à l'invitation du surintendant Nicolas Fouquet et revint au théâtre au début de 1659 en proposant une réécriture du sujet-phare de la tragédie, Œdipe. Cette pièce fut très bien accueillie et Corneille enchaîna ensuite les succès durant quelques années, mais la faveur grandissante des tragédies où dominait l'expression du sentiment amoureux (de Quinault, de son propre frère Thomas, et enfin de Jean Racine) relégua ses créations au second plan. Il cessa d'écrire après le succès mitigé de Suréna en 1674. La tradition biographique des XVIIIe et XIXe siècles a imaginé un Corneille confronté à des difficultés matérielles durant ses dernières années, mais tous les travaux de la deuxième moitié du 20e siècle révèlent qu'il n'en a rien été et que Corneille a achevé sa vie dans une confortable aisance [3].