Exo français brevet 2013.

Questions sur le texte de Laurent Gaudé "Le Soleil des Scorta"

1) " (...) ce continent où les crasseux comme nous étaient les bienvennus" (l. 13--14)
a) de Quel continent s'agit-il?
b) qui est désigné par l"expression les craseux? que pensez vous de cette formulation ?

2) EN vous appuyant précisément sur le texte, expliquez ce que les personnages attendent de ce nouveau pays.

3) a. Par quels sentiments successif passent les personnages aux différentes étapes du voyages? Illustrer la réponse apr des exemples.
b. Pourquoi le sentiment (l. 29) est-il étrange?

4) L. 18-20 : identifiez les deux temps utilisés et justifiez l'emploi de chacun

5) "Miséreux d'Europe aux regard affamé. Familles entières ou gamins esseulés ( l. 4)
a. Quelles remarques grammaticales pouvez-vous faire sur ces 2 phrases?
b. Quel effet produit sur le lecteur ?

Merci

1

Réponses

2014-01-20T16:38:40+01:00
1. a.Il s'agit du continent américain. 
b. L'expression « les crasseux » désigne les « miséreux d'Europe » (l. 4), c'est-à-dire les émigrants pauvres venus d'Europe dans l'espoir de mieux réussir leur vie dans le Nouveau Monde. La formulation « les crasseux » est péjorative : c'est une sorte d'autodérision de la part de la narratrice. 

2. Les personnages, pauvres en Europe, espèrent, en débarquant en Amérique, commencer une nouvelle vie. Ils souhaitent repartir à zéro dans un lieu où tout sera « différent, les couleurs, les odeurs, les lois, les hommes. » (l.11-12) C'est le rêve américain qu'ils ont tous à l'esprit. 

3. Les personnages passent d'abord, durant le voyage, par des sentiments de peur et de douleur : ils pleurent lorsque « l'immense bateau a quitté la baie de Naples » (l. 8). Ensuite, c'est l'espoir lorsqu'il voient le continent américain : « la joie » (l. 19) les envahit, avec aussi un sentiment « d'impatience » (l. 25). 
b) Ce sentiment peut paraître étrange car il est en opposition avec le cadre et les circonstances dans lesquelles arrivent les passagers. Tout devrait leur indiquer qu'ils sont étrangers et pourtant, ils se sentent déjà proche des USA alors qu'ils ne connaissent pas encore le pays : « nous étions ici à notre place. »
 
4)  On retrouve dans ce passage l'emploi de l'imparfait de l'indicatif, avec « se dirigeait », ou « dansions » mais également, de façon isolée, un verbe au futur simple de l'indicatif, « oublierai ». Ce dernier est employé par la narratrice en référence au moment de l'énonciation de ses souvenirs. Cela appartient au présent de la narratrice.  L'imparfait correspond au passé, aux souvenirs que raconte la vieille femme en s'adressant à don Salvatore. 

5)a. Ces deux phrases sont non-verbales, elles ne sont constituées que de groupes nominaux. 
b)  Ces deux phrases nominales descriptives contribuent à faire un portrait très dur des êtres qui sont sur le départ. Cela peut produire chez le lecteur un sentiment de compassion face à la misère ainsi décrite brutalement, sans marques d'émotion. L'ensemble donne l'impression de pauvres gens qui n'ont plus d'espoir et qui tente le tout pour le tout.