Réponses

Meilleure réponse !
2014-01-09T14:46:29+01:00
A l’époque j’habitais Miami, une ville des états –unis en Floride où il fait si beau 21 degré en moyenne à l’année. L’après –midi après le lycée, j’allais sur la plage, travailler mes cours, nager, me faire bronzer quand il faisait vraiment bon. J’avais 16 ans.

Je me mettais toujours au même endroit pour voir le plus beau , le plus magnifique des maitres –nageur. Souvent, je me souviens avoir pensé pourquoi n’a-t-il pas été plutôt mannequin ? Il s’appelait Nitaque,  avait 27 ans, aucun  défaut, grand, bronzé , bien bâti .Des cheveux blonds courts légèrement ondulés, des yeux bleus comme l’océan où je rêvait qu’un jour je pourrais  y plonger ,un sourire de star, des lèvres bien dessinées et rouges . Bref , Il représentait pour moi le physique masculin parfait.

  Et pourtant , on a tous des défauts et des qualités, s’il  était très séduisant de l’extérieur ,de l’intérieur ,ce n’était pas le cas. Il ne se promenait pas sur la plage  pour observer les baigneurs , il se pavanait  tel un paon en regardant si les baigneurs le regardaient, surtout les filles bien sûr. Si fier de lui, de sa beauté physique, nous aurions pu dire bonjour Narcisse au lieu de bonjour Nitaque .Il n’avait pas d’amis masculins , ils en avaient assez  de ne  l’entendre parler que de lui même , de sa beauté de ses conquêtes. Aucun sujet  ne l’intéressait à part lui. Aucune passion, aucun attachement à aucune fille. Je le voyais changer régulièrement de petite amie , toutes plus belles les unes que les autres. Il se lassait vite étant trop individualiste.  

Un jour , un grand malheur arriva , un grand   feu de plage avait été organisé par le maire de Miami.
 Les pompiers étaient à l’honneur sur la plage que Nitaque surveillait tous les jours .ils  devaient allumer le feu .Nitaque n’était plus sur la plage celui que l’on regardait , les pompiers passaient avant lui. Il attrapas alors un bidon d’essence  et sans que personne n’eut pu le retenir le jeta sur le bois et lança son briquet. Une immense flamme le happa alors et on entendit un hurlement son visage brulait.  
Deux  mois plus tard , il revint travailler sur la plage, défiguré, agressif, méchant .Personne n’osait le regarder, ni ne le souhaitait. Les baigneuses tournaient la tête, je me plongeais dans mes livres à son passage.
Au bout du troisième mois ,un autre maitre nageur vint à sa plage. J’appris alors qu’on l’avait retrouvé dans sa chambre où tous les miroirs avaient été brisés .Il s’était suicidé avec des somnifères sur son visage, il s’était un masque avec une de ses anciennes photos .
Il est mort sans ami, même dans la mort il n’avait pas encore compris que la beauté physique n’est pas tout. Nous aurions pu l’aimer aussi comme cela s’il l’avait voulu.  

Voilà une idée.