Jean, aussi blond que son frère était noir, aussi calme que son frère était emporté, aussi doux que son frère était rancunier, avait fait tranquillement son droit et venait d'obtenir son diplôme de licencié en même temps que Pierre obtenait celui de docteur.
Tous les deux prenaient donc un peu de repos dans leur famille, et tous les deux formaient le projet de s'établir au Havre s'ils parvenaient à le faire dans des conditions satisfaisantes.
Mais une vague jalousie [...] les tenait en éveil dans une fraternelle et inoffensive inimitié. Certes ils s'aimaient, mais ils s'épiaient.[...]
Jean, dès son enfance, avait été un modèle de douceur, de bonté et de caractère égal ; et Pierre s'était énervé, peu à peu, à entendre vanter sans cesse ce gros garçon dont la douceur lui semblait être de la mollesse, la bonté de la niaiserie et la bienveillance de l'aveuglement. [...]
Depuis qu'il était homme, on ne lui disait plus : "Regarde Jean et imite-le !" mais chaque fois qu'il entendait répéter :
"Jean a fait ceci, Jean a fait cela", il comprenait bien le sens et l'allusion cachés sous ces paroles.
Leur mère, une femme d'ordre [...] apaisait sans cesse les petites rivalités nées chaque jour entre ses deux grands fils, de tous les menus faits de la vie commune.
Un léger événement, d'ailleurs, troublait en ce moment sa quiétude, et elle craignait une complication, car elle avait fait la connaissance pendant l'hiver, pendant que ses enfants achevaient l'un et l'autre leurs études spéciales, d'une voisine, Mme Rosémilly, veuve d'un capitaine au long cours, mort à la mer deux ans auparavant. La jeune veuve [...]avait pris l'habitude de venir faire un bout de tapisserie et de causette, le soir, chez ces voisins aimables qui lui offraient une tasse de thé.[...]
Les deux fils, à leur retour, trouvant cette jolie veuve installée dans la maison, avaient aussitôt commencé à la courtiser, moins par désir de lui plaire que par envie de se supplanter.

Questions:

Comment est construit le portrait des deux frères ? Vous vous interrogerez notamment sur le choix du point de vue

Quelle fonction de la description reconnaissez-vous dans ce passage ?

Faites le récit a la troisième personne de la soirée au cour de laquelle les deux frères rencontrent pour la première fois la jeune veuve . Alternez les points de vue de Pierre et de Jean en respectant les caractères présentés dans le texte de Maupassant .

1
Portrait physique et moral, l'un est toujours comparé à l'autre (comparaison), c'est pour bien montrer toutes leurs différences.

Réponses

2013-12-20T11:04:30+01:00
Portrait physique et moral, l'un est toujours comparé à l'autre (comparaison), c'est pour bien montrer toutes leurs différences
2: Je reconnais dans ce passage la fonction Omniscient .