Un jour, je tombai sur une photo que je n'aurais pas dû voir... Je passais mes vacances chez ma grand-mère, dans cette ville aux abords de la steppe russe où elle avait échoué après la guerre. C'était à l'approche d'un crépuscule d'été chaud et lent qui inondait les pièces d'une lumière mauve. Cet éclairage un peu irréel se posait sur les photos que j'examinais devant une fenêtre ouverte. Ces clichés étaient les plus anciens de nos albums. Leurs images franchissaient le cap immémorial de la révolution de 1917, ressuscitaient le temps des tsars et, qui plus est, perçaient le rideau de fer très solide à cette époque, m'emportant tantôt sur le parvis d'une cathédrale gothique, tantôt dans les allées d'un jardin dont la végétation me laissait perplexe par sa géométrie infaillible. Je plongeais dans la préhistoire de notre famille...
Soudain, cette photo !
Je la vis quand, par pure curiosité, j'ouvris une grande enveloppe glissée entre la dernière page et la couverture. C'était cet inévitable lot des clichés qu'on ne croit pas dignes de figurer sur le carton rêche des feuilles, des paysages qu'on ne parvient plus à identifier, des visages sans relief d'affection ou de souvenirs. Un lot dont on se dit chaque fois qu'il faudrait, un jour, le trier pour décider du sort de toutes ces âmes en peine...
C'est au milieu de ces gens inconnus et de ces paysages tombés dans l'oubli que je la vis. Une jeune femme dont l'habit jurait étrangement avec l'élégance des personnages qui se profilaient sur d'autres photos. Elle portait une grosse veste ouatée d'un gris sale, une chapka (1) d'homme aux oreillettes rabattues. Elle posait en serrant contre sa poitrine un bébé emmitouflé dans une couverture de laine.
"Comment a-t-elle pu se faufiler, me demandais-je avec stupeur, parmi ces hommes en frac (2) et ces femmes en toilette du soir ?" Et puis autour d'elle, sur d'autres clichés, ces avenues majestueuses, ces colonnades, ces vues méditerranéennes. Sa présence était anachronique, déplacée, inexplicable. Dans ce passé familial, elle avait l'air d'une intruse avec son accoutrement que seules affichaient de nos jours les femmes qui, en hiver, déblayaient les amas de neige sur les routes

a quelle indices peut on identifier un souvenir d'enfance (temps des verbe personne fait rapporté)

Caracterisez l'atmosphere dans l'aquelle se trouve le narrateur

reperez les evenement ou periode historique auquel il es fait allusion situez les chronologiquement les uns par apport au autre en terminant par la date de souvenir

le narrateur decouvre un ensemble de photographie a quelle epoque appartienne-elle

donne la formation et signification du mot immemorial

pourquoi d'autre photographie ont-elle etai glisser dans l'enveloppe

1
je sais pas
C'est niveau , combien ?
3eme
Je voulais t'aider mais je ne peux pas , je ne suis qu'en 5 ème , désolé
ah zut :/

Réponses

2013-12-17T14:45:41+01:00
1) A quels indices peut-on identifier un souvenir d'enfance (temps des verbes, personnes faits rapportés) 
-l'histoire commence par "un jour" + imparfait = référence au passé.
- l'histoire se passe chez la grand-mère, dans sa maison d'après la guerre (= référence au passé) mais de son vivant ( par rapport à "je" petit-enfant)
-les clichés franchissaient le cap immémorial de la révolution de 1917 = photos observées dans le passé( utilisation de l'imparfait) d'un événement depuis longtemps révolu

2)Caractérisez l'atmosphere dans l'aquelle se trouve le narrateur; repérez les événements ou périodes historiques auxquels il est fait allusion. Situez les chronologiquement les uns par apport aux autres en terminant par la date de souvenir.

- atmosphère : lourde fin de journée d'été; lumière mauve et éclairage irréel.
- événements : révolution de 1917 - splendeur des Tsars
                         seconde guerre mondiale : refuge de la grand-mère dans une ville         en bordure des steppes.
                         ce que portent les femmes pour dégager la neige.

3)Le narrateur découvre un ensemble de photographies. A quelle époque appartiennent-elles?
"Leurs images franchissaient le cap immémorial de la révolution de 1917" ; elles sont antérieures à la révolution.
4)Donne la formation et signification du mot immémorial.
Immémorial signifie très ancien, dont on ne peut se souvenir.
Le mot provient du latin "in" (sans) "memoriale" ( mémoire)
 5) Pourquoi d'autre photographies ont-elles été glissées dans l'enveloppe?
Parce qu'il s'agit de clichés qui n'avaient pas été jugés dignes de figurer dans l'album familial, mais qu'on ne s'était pas résolu à éliminer.