Rédaction:
Imaginez une suite fantastique au texte suivant, aux temps du passé ( imparfait, passé simple ).
vous devrez respecter toutes les règles du registre fantastique. La présentation, l'orthographe et l'élégance du style sont aussi évaluées.

texte :

Le train filait, à toute vapeur, dans les ténèbres. Je me trouvais seul, en face d'un vieux monsieur qui regardait par la portière. C'était par une nuit sans lune, sans air, brûlante. On ne voyait point d'étoiles, et le souffle du train lancé nous jetait quelque chose de chaud, de mou, d'accablant, d'irrespirable. Partis de Paris depuis trois heures, nous allions vers le centre de la France sans rien voir des pays traversés.

30 à 40 lignes.

Critères de notation :

Récit à la premiere personne qui montre bien les sentiments duu personnages
Présence de phénomènes surnaturels
hésitation entre une explication rationnelle et une explication irrationnelle à ces phénomènes
devoir suffisamment développé
Elégence du style ( mots recherchés, pas de mots familiers )
Orthographe

1

Réponses

2013-12-01T18:12:02+01:00
Après tout dépend de ce que tu veux raconter ^^
Si c'était mon devoir, voici mes ouvertures:

"Je trouvais cela très étrange. Cette atmosphère pesante et inquiétant qui m’entourait depuis que j'étais monté dans cet engin venu des enfers, ainsi que les passagers qui ne semblaient pas plus troublés que cela, surtout le vieil homme assit devant moi dont le regard était, depuis le début, figeait regardant toujours cette porte. Je le fixais encore et je ne sais pour quelle raison. 
Alors je m'étais décidé de lui adresser la parole.
- Monsieur, bonjour..
- ...
- Bien.. Je m'appelle xxxx, ravis de vous rencontrer!
- ....
- D'accord.. Puis-je vous poser une question?
Le vieil homme était décidé à ne pas me répondre, mais malgré sont manque de réflexion, j'avais tout de même posé ma question sur ce qui m'intriguais le plus venant de mon "compagnon" de voyage.
-  ..J'ai remarqué que depuis notre départ de Paris, votre regard est en direction de cette portière, puis-je vous demander..
Je n'avais pas encore finit de poser ma question qu'il s'était décidé à me répondre, mais pas comme je ne l'avais pensé. Son regard toujours sur la portière il me dit d'une voix roque et calme:
- Ne vois tu pas ce qu'il se trouve là bas?
Je m'étais raidis par surprise mais également par ce qu'il venait de me dire. Mon regard faisait des allés retour entre lui et la portière. Il y avait quelque chose d'étrange mais je ne savais pas de quoi il s'agissait, je ne faisais que le ressentir.
- Regardes bien, fixes bien, tu verras ce dont tu as toujours voulu nier l'existence..
Les battements de mon coeur se faisaient plus rapides, je me sentais tout transpirant, je m'étais senti oppressé.. Je connaissais cette sensation, et je redoutais ce qu'il pouvait y avoir, derrière cette portière.. Mon regard ne se détachait pas de ce que le vieil homme et moi regardions en commun. La vitre noire, on ne pouvait pas voir totalement ce qu'il se passait de l'autre côté, mais je ne pouvais lever mes yeux, c'était comme s'ils étaient attirés instantanément. Je commençais à me dire que ce que je redoutais le plus pouvais arriver ne se produirait pas, par mon plus grand bonheur, j'avais eût tord d'y croire. Je savais que quelque chose d'inhabituel allé arriver.
- Elle arrive.. Me disait le vieillard. 
Mais qui était ce "elle"? Comment cela elle allait arriver? Je ne comprenais guère. C'était comme si j'étais un gibier fixant un endroits précis, craignant alors le loup qui s'attaquerait à moi.
Je continuais à regarder cette portière qui dégageait cet aura étrange, un aura venu tout droit des enfers dirais-je. Je sentais ma tension monter monter, mes poils se hérisser, mon coeur courrait, je me sentais aspirer par cette entrer, quand d'un seul coup, mes oreilles s'étaient mit à siffler si fort que mon regard c'était troublé! J'avais mal, affreusement mal! Je fixais encore la porte quand soudainement une femme en robe de chambre blanchâtre, les cheveux décoiffés ne montrant pas son visage, avait les mains posées sur son ventre qui était bien enrobé, me disant: "Où est mon bébé..?" à plusieurs reprises. Je ne comprenais pas, je me tournais alors vers le vieil homme et il me regardait en me disant "Elle n'est pas humaine.." tout en chuchotant. 
La femme me répétait encore sa question: "Où est mon bébé..?" tout en se caressant le ventre, et répéta sa question. J'allais me lever quand son ventre se mit à saigner, et elle répéta "Où est mon bébé..?" tout en relevant la tête et je vis avec stupéfaction son visage, livide et morbide! Elle pleurait des larmes de sang, son visages était mutilé  et sa gorge tranchée! J'avais peur, très peur et l'homme me dit alors "Elle n'est pas humaine, on l'a tué..". C'est alors comme cela, que mon histoire avait vraiment commençait.."


Je pense que c'est beaucoup trop long cela dit ^^
Voilà ce que j'aurais écrit ^^
J'espère que ça t'aura aider!