Le colonel

Victor d ' Aiglemont à peine âgé de trente ans, était grand, bien fait, svelte

; et ses heureuses proportions ne ressortaient jamais mieux que quand il

employait sa force à gouverner un cheval dont le dos élégant et souple

paraissait plier sous lui. Sa figure mâle (d'homme) et brune possédait ce

charme inexplicable qu'une parfaite régularité de traits comiques qu'ont des

jeunes visages. Son front était large et haut. Ses yeux de feu, ombrages
de sourcils épais et bordés de longs cils, se dessinaient comme deux
ovales

blancs entre deux lignes noires. Son nez offrait la gracieuse courbure d'un bec

d'aigle. La pourpre de ses lèvres était rehaussée par les

sinuosités de l'inévitable moustache noire. Ses joues larges et fortement

colorées offraient des tons bruns et jaunes qui dénotaient une vigueur extraordinaire.

Sa figure, une de celle que la bravoure a marqué de son cachet, offrait le type

que cherche aujourd'hui l'artiste quand il songe à représenter un des héros de

la France impériale.


Dans la dernière phrase relever le participe
passé et justifiez son accord










1
Dans la dernière phrase relever le participe
passé et justifiez son accord

Réponses

Meilleure réponse !
2013-11-29T23:49:44+01:00
 Sa figure, une de celle que la bravoure a marqué de son cachet, offrait le type 
que cherche aujourd'hui l'artiste quand il songe à représenter un des héros de
la France impériale. 

" a marqué" = passé composé du verbe marquer, conjugué à la 3ème personne du singulier. Le passé composé se construit avec un auxiliaire (être ou avoir) conjugué au présent, et avec le participe passé du verbe conjugué (ici, "marquer").
Le participe passé utilisé avec l'auxiliaire avoir ne s'accorde en genre et en nombre QUE si le COD ets placé devant lui; ce n'est pas le cas ici, donc il reste invariable.