Bonsoir à tous,

J'ai un DM de Français à faire pour vendredi, mais je n'arrive absolument pas à trouver des réponses claires qui pourraient être développées. (voir dans les pièces jointes)

J'aurais vraiment besoin d'aide svp !!

Merci beaucoup !

1

Réponses

Meilleure réponse !
2013-11-28T07:24:55+01:00
1) On voit que Burrhus est accablé à travers son discours à Agrippine :
- «Je n’y pourrai survivre» , en parlant de l’affiction qu’il ressent en parlant de l’attentat contre Britannicus.
- «Jugez combien ce coup frappe tous les esprits» , dit-il en relatant les faits. « La moitié s’épouvante et sort avec des cris ». Ici encore, il dit l’accablement que cause la disparition de Britannicus.
- « Et j’allais, accablé de cet assassinat, pleurer Britannicus, César et tout l’Etat » : il dit non seulement son accablement mais aussi son chagrin de la perte de Britannicus. Il pleure sur Néron d’être ce qu’il est, et sur l’Etat, d’être gouverné par un monstre.
2)Comment suggère-t-il l’hypocrisie de Néron et de Narcisse ?
Néron :
- « Ce dessein s’est conduit avec plus de mystère » : Néron n’a pas fait couler le sang de Britannicus mais a intrigué pour l’éliminer.
- Il répète à Agrippine la déclaration hypocrite de Néron faite à son frère puisque pendant qu’il parlait de « meilleures auspices » et invoquait les dieux pour favoriser leur réunion, il complottait et connaissait la véritable issue du festin.
-« Mais ceux qui de la cour ont un plus long usage, sur les yeux de César composent leur visage » : certains ne sont pas dupes mais adoptent la conduite hypocrite de Néron.
-« Cependant sur son lit il demeure penché, d’aucun étonnement il ne paraît touché » : Néron tente hypocritement de sauver la face en restant penché sur la dépuille de son frère, dont il sait pertinnament qu’il est mort. Ce qui est visible à celui qui l’observe. -« Ce mal dont vous craignez la violence a souvent sans péril attaqué son enfance » : Néron feint de donner une explication à cette brusque mort en évoquant un « mal » dont aurait souffert Britannicus depuis longtemps. C’est une marque d’hypocrisie de plus.
Narcisse :
- est celui qui remplit la coupe de Britannicus et se rend rend complice de l’assassinat. - « Narcisse veut en vain affecter quelqu’ennui, et sa perfide joie éclate malgré lui » : Burrhus choisit le mot « affecter » qui par la même suggère de l’hypocrisie ; il poursuit d’ailleurs par le constat de la satisfaction de Narcisse.  
3) La mort de Britannicus
La cour est présente aux retrouvailles,
Autour d’un festin présidé par César
qui le premier se saisit d’un verre
Narcisse emplit la coupe de Britannicus
Ce dernier manifeste de la gratitude :
-«  Oh César, magnanime es-tu  
De célébrer note entente nouvelle
 
Autour de ce repas béni des dieux. »

Et Néron invoque lui aussi les dieux
Pour favoriser leur réunion
Mais sitôt les lèvres à la coupe portées
Britannicus brutalement s’effondre
Il ne respire plus et bleuit
Tandis que dans ses yeux s’installe le vide Narcisse se précipite sur le corps inanimé
- « Par tous les dieux, qu’arrive-t-il ?  
Quelqu’un, vite, pour lui porter secours !
 
L’herboriste saura que faire
 
Vite ! Sa situation a l’air désespérée ! »

Il jette un regard entendu à Néron qui régit :
- « Portons-le sur la couche    
Sa respiration en sera facilitée
 
 Mais son corps corps semble déjà sans vie
  
Nos retrouvailles prennent le chemin d’un adieu. »

L’assemblée murmure, déjà, certains s’enfuient
En pleurant, ils craignent la vengence
De César devant son méfait accompli
La mise en scène ne trompe personne
Et Burrhus à son tour intervient :
- « Oh César ! Comment se peut-il  
Qu’un homme si bien portant subitement disparaisse ?
 
Aurait-il montré des signes de faiblesse
 
Ou agi d’une façon suspecte ?"

Néron a bien compris le message
Et sans délais, appelle les gardes
- « Gardes ! Soyez témoins de cette scène  
Mon frère en ce jour de réconciliation
 
A perdu la vie de ce mal
 
Qui tout le monde le sait
n’a jamais eu raison de lui. »

Les gardes se penchent mais ne voient qu’un corps inanimé
Et se demandent de quoi ils pourraient témoigner
Burrhus préfère alors se retier
Et à Agrippine son rapport mentionner :
- « Agrippine, il faut la prévenir sans délai  
Je me charge de cette tâche douloureuse
 
Si César le permet. »

Il a bien remarqué la mine de ceux qui étaient restés
Observant Néron pour en tout point l’imiter
Et en cela ne pas lui déplaire
C’est ainsi qu’il annonce accablé
La récente de la disparition de Britannicus.