Je dois transformer ce fait divers en nouvelle. Auriez-vous quelques idées?
"Vendredi 15 novembre, vers 20h, à Villers-Allerand, au sud de Reims, un jeune homme a blessé son beau-père au moyen d'une arme blanche au cours d'une dispute. Il a ensuite pris la fuite avant de se raviser une dizaine de minutes plus tard et de se rendre à la gendarmerie, où il a été placé en garde à vue. Le blessé a été évacué vers le centre hospitalier,aucun organe vital n'a été touché et ses jours ne sont pas en danger."

1

Réponses

2013-11-24T17:25:25+01:00
Il rentra encore une fois très tard. Lui et ses copains avaient fait la tournée des bars comme chaque samedi soir et il rentrait chez lui en titubant. Il s'écroula contre la sonnette de la porte d'une petite maisonnette d'un des quartiers résidentiels de Reims puis complètement éméché hurla qu'on vienne lui ouvrir. La porte s'ouvrit violemment sur un homme carré, un brin bedonnant et au crâne rasé. Celui-ci saisit l'adolescent ivre par le col de sa chemise et l'entraîna à l'intérieur fou de rage. Il hurla sur le jeune homme en lui reprochant tout ce qui était possible et inimaginable.

Le visage de son beau-fils lui rappelait trop l'ex-mari de Justine. Il s'était remarié avec celle-ci en espérant refaire sa vie mais cet imbécile ivrogne qui se débattait dans son salon l'empêchait de vivre calmement et sereinement. Lorsqu'il commença à insulter son beau-père la claque partit d'un coup. Un claquement sec retentit dans la cuisine, laissant place à un silence pesant. Seuls les sanglots et les hoquets de Justine venaient troubler le silence glacial qui régnait maintenant dans le salon. Soudain le fils releva la tête, un lueur folle dans le regard. Il avait les mêmes yeux que son père et ça le rendait plus détestable encore aux yeux du beau-père qui fronça les sourcils en le voyant reculer vers la cuisine. Que faisait-il encore cet abruti ?

Un bruit de tiroir puis de métaux qui s'entrechoquent. Une goutte de sueur perlent sur le visage du beau-père. Il a trop peur d'avoir compris.

Soudain le beau-fils déboula un couteau à la main. Personne n'avait prévu ça. Le beau-père recula, tentant maladroitement de le désarmer mais chuta en arrière car son beau-fils avait beau être jeune, il était fort. La lame du couteau dansait sous ses yeux puis vint soudain se planter dans son bras avec lequel il protégeait son torse. Il hurla de douleur tandis que son beau-fils recula hébétée. La lame toujours plantée dans le bras le beau-père crie plus fort encore. Le sang commence à tâcher la moquette rouge du salon. Justine pleure plus fort encore et se précipite vers le téléphone en hurlant. Ses cris se mêlent à ceux du beau-père et soudain la bulle irréelle créé par l'alcool qui enveloppait le beau-fils explose.

" Maman ..." dit-il soudain horrifié.

Elle ne lui jette pas un regard. Les cries, les pleurs, le sang ... Tout devient trop insupportable pour le jeune homme qui s'enfuit. Il court dans la nuit sans savoir où il va. L'alcool le perturbe encore mais il commence à retrouver son sang-froid. Il ralentit. Il marche. Il s'arrête. Il ferme les yeux un instant inspirant un grand coup puis se remet en route. 

Le commissariat apparait enfin. Il entre, bouscule,demande, crie puis parle. Ça y est on le croit. Un policier épais s'empare de lui puis le met en garde à vue sans hésiter à le bousculer au passage. Seul dans sa cellule il sent les regrets qui lui serrent le coeur. Les larmes coulent sur ses joues et il se prend la tête entre les mains. Il sanglote dans le noir et espère. Il espère que son beau-père va bien, il espère que sa mère ne lui en veut pas trop. 

Il se souvient des paroles que prononçait toujours sa mère quand il faisait un bêtise : " Faute avouée, à moitié pardonnée " et il prie pour que cette fois-ci cela marche encore.



Bon voilà, ce n'est rien d'exceptionnel mais si ça peut t'aider :) j'ai déconné avec le temps je crois je suis passée du passé simple au présent o-o mais bon tu changeras un peu je suppose ^^. Désolé si la fin ne te plait pas, en espérant t'avoir aidé !