Bonjour s'il vous plait aider moi !!! Je dois écrire une rédaction, le thème c'est "deux enfants transgressent une interdiction qui leur est faite.Racontez leur aventure en insistant sur la description de leurs émotions", il faut une phrase d'introduction, une première partie:commencer par l'exposé de l'interdiction qui est faite.Qui parle ? Dans quelles circonstances ?
une seconde partie: excitation, jubilation, crainte ... et terminer par une phrase de conclusion (leçon a tirer). Si quelqu'un peut au moins me mettre sur la vois d'une histoire je suis preneuse ! Merci d'avance :)

1

Réponses

Meilleure réponse !
2013-11-19T23:57:36+01:00
Le temps des vacances revenu, nous sommes allés, mon frère et moi, passer comme chaque été une quinzaine de jours chez notre grand-père à la campagne.  Dans la voiture, nous jubilions au plaisir anticipé des longues courses dans les champs, des promenades dans les bois odorants et des cueillettes de fruits dans le verger.  Une fois nos parents repartis, non sans nous avoir fait les recommandations d’usage « d’être bien sages », nous apprêtions donc à organiser notre première escapade que notre papy nous fit une drôle de recommandation : - Les enfants, vous pouvez aller où bon vous semble.  Mais je ne veux PAS que vous alliez près du ruisseau, au-delà des champs du fond du verger.  Et j’insiste, c’est très important !  Le dernier orage a provoqué une crue et un mouton s’y est noyé. Impressionnés, nous n’osions pas le questionner ni même nous regarder.  Mon frère regardait papy avec des yeux ronds et se mit à sucer son pouce.  Je devinais déjà les questions dont il allait me bombarder dès que nous serions seuls.  Papy nous demanda alors si nous avions bien compris, avec la grosse voix dont il était capable.  Pas d’autre choix que de hocher de la tête sans oser poser de question. Ce jour-là, on en parla entre nous.  Nous nous demandions bien à quoi pouvait ressembler un ruisseau qui noyait un mouton et notre cœur battait la chamade à l’idée d’aller y voir, juste un peu, pour voir. En fait, nous brûlions de curiosité. Alors, on échafauda un plan.  Il suffirait de traverser le verger quand papy serait au potager, courir dans les champs et une fois au-dessus de la pente, jeter un coup d’œil, juste pour en avoir le cœur net. Aussitôt dit, aussitôt fait.  Un moment d’inattention de papy et hop, nous dévalions déjà le verger. Alors que nous arrivions en haut de la colline des champs, on s’arrêta pour reprendre notre souffle. Notre cœur battait fort et l’excitation était à son comble ;  un petit coup d’œil nous a juste permis d’entrevoir le lacet que faisait le ruisseau en contre-bas. Un coup de coude à mon frère lui signifia qu’on allait voir de plus près.  D’abord, il ne voulait pas braver plus loin l’interdiction. Alors, je lui dis que j’irais seule car je n’avais pas fait tout ce chemin pour « voir » à moitié.  Alors il se décida à m’emboîter le pas et me suivis de plus en plus près du ruisseau.  Le ruisseau était paisible et caracolait tranquillement dans les prés. Du coup, on en a oublié l’interdiction de papy et on s’en est rapprochés.  Le glouglou de l’eau était tellement joli !  Et les fleurs qui bordaient la rive !  Et tous ces petits cailloux qu’on s’était mis à ramasser pour aussitôt les jeter dans l’eau !  C’était amusant, et le plaisir d’enfreindre la règle rendait le plaisir plus piquant encore… jusqu’au moment où mon petit frère s’est trop penché et est tombé dans l’eau, assis sur son derrière.  Il s’est alors mis à pleurer en disant qu’il ne voulait pas mourir noyé.  Je l’aidai alors à quitter l’eau et on entreprit la marche de retour. Alors qu’on arrivait à la maison pas le verger, papy nous appelait de sa voix tonitruante.  Lorsqu’il vit notre triste état, il comprit immédiatement ce que nous avions fait.  Il nous dit alors : - Heureusement qu’il n’a pas plu. Mais vous, mes enfants, vous allez apprendre ce que veut dire obéir. C’est ainsi qu’il nous força à faire chaque jour des devoirs de vacances. C’est sûr qu’on a plus eu envie d’y retourner, et je l’ai appris plus tard, ce n’est pas un mais deux moutons qui s’étaient noyés dans le ruisseau.  Comme quoi, les adultes savent parfois de quoi ils parlent !