Bonjour ! Je dois analyser ce texte, j'ai du mal à trouver un plan, une petite idée ? Ou même des axes/ ou des remarques sur le texte... S'il vous plait, j'érigerai un temple pour celui qui m'aidera !

Maheu écoutait, les yeux baissés. Puis, il commença, la voix hésitante et sourde d'abord.
- Monsieur le directeur, c'est Justement parce que je suis un homme tranquille, auquel on n'a rien à reprocher, que les camarades m'ont choisi. Cela doit vous prouver qu'il ne s'agit pas d'une révolte de tapageurs, de mauvaises têtes cherchant à faire du désordre. Nous voulons seulement la justice, nous sommes las de crever de faim, et il nous semble qu'il serait temps de s'arranger, pour que nous ayons au moins du pain tous les jours.
Sa voix se raffermissait. Il leva les yeux, il continua, en regardant le directeur :
- Vous savez bien que nous ne pouvons accepter votre nouveau système. .. On nous accuse de mal boiser. C'est vrai, nous ne donnons pas à ce travail le temps nécessaire. Mais, si nous le donnions, notre journée se trouverait réduite encore, et comme elle n'arrive déjà pas à nous nourrir, ce serait donc la fin de tout, le coup de torchon qui nettoierait vos hommes. Payez-nous davantage, nous boiserons mieux, nous mettrons aux bois les heures voulues, au lieu de nous acharner à l'abattage, la seule besogne productive. Il n'y a pas d'autre arrangement possible, il faut que le travail soit payé pour être fait... Et qu'est-ce que vous avez inventé à la place ? une chose qui ne peut pas nous entrer dans la tête, voyez-vous ! Vous baissez le prix de la berline, puis vous prétendez compenser cette baisse en payant le boisage à part.
Si cela était vrai, nous n'en serions pas moins volés, car le boisage nous prendrait toujours plus de temps. Mais ce qui nous enrage, c'est que cela n'est pas même vrai : la Compagnie ne compense rien du tout, elle met simplement deux centimes par berline dans sa poche, voilà !
- Oui, oui, c'est la vérité, murmurèrent les autres délégués, en voyant M. Hennebeau faire un geste violent, comme pour interrompre.
Du reste, Maheu coupa la parole au directeur. Maintenant, il était lancé, les mots venaient tous seuls. Par moments, il s'écoutait avec surprise, comme si un étranger avait parlé en lui. C'étaient des choses amassées au fond de sa poitrine, des choses qu'il ne savait même pas là, et qui sortaient, dans un gonflement de son coeur. Il disait leur misère à tous, le travail dur, la vie de brute, la femme et les petits criant la faim à la maison. Il cita les dernières paies désastreuses, les quinzaines dérisoires, mangées par les amendes et les chômages, rapportées aux familles en larmes. Est-ce qu'on avait résolu de les détruire ?
- Alors, Monsieur le directeur, finit-il par conclure, nous sommes donc venus vous dire que, crever pour crever, nous préférons crever à ne rien faire. Ce sera de la fatigue de moins... Nous avons quitté les fosses, nous ne redescendrons que si la Compagnie accepte nos conditions. Elle veut baisser le prix de la berline, payer le boisage à part. Nous autres, nous voulons que les choses restent comme elles étaient, et nous voulons encore qu'on nous donne cinq centimes de plus par berline... Maintenant, c'est à vous de voir si vous êtes pour la justice et pour le travail.

1

Réponses

2013-11-13T22:14:32+01:00
1. Texte divisé en trois parties :
- le description de la situation par Maheu
- l'argumentaire pour contester la réforme proposée par le patron
- l'ultimatum adressé en désespoir de cause
2. le texte décrit et dénonce des conditions de travail tellement indécentes que le travail ne permet plus de vivre, ce qui amène, malgré le désespoir, à préférer ne plus travailler plutôt que s'éreinter pour rien.
3. j'en déduirais personnellement qu'il s'agit de la fin du XVIIIème - début du XIXème siècle ( je ne connais pas ce texte ni de quand il date) lors de l'émergence du capitalisme
et de l'exploitation du travail
4. une observation : aujourd'hui, nous semblons boucler cette boucle puisque malgré le système de protection social mis en place entre-temps, le travail a du mal à nourrir son homme c-à-d qu'une personne seule payée au smic peut difficilement vivre seule. Ne parlons pas de la grogne sociale qui s'installe une peu partout dans notre pays.

Voilà quelques idées qui valent ce qu'elles valent.  Dis moi si cela aide un peu.
Oups, c'est vrai que je n'ai pas précisé que c'était un extrait de Germinal de Zola ! En tout cas merci tu m'aide bien :) Je vais analyser en suivant tes parties je pense.
Par contre, je suis une quiche en figure de style, tu les connais bien toi ?
ouf! je ne m'étais pas trompée sur la période, c'est rassurant... Quelle est ta question au niveau des figures de style? envoie de préférence un message, plus facile pour moi stp