Réponses

Meilleure réponse !
2013-10-27T13:41:09+01:00
1943-1944 : Les actions de la Résistance.
Les réfractaires du S.T.O., devenus maquisards, sont encadrés par les membres des réseaux clandestins de résistance, FTP ou ASn, qui accueillent également des Juifs échappés des rafles, des réfugiés, des déserteurs des Chantiers de Jeunesse ou de la Marine.
Pour célébrer le 11 Novembre 1943 en dépit des interdictions, les résistants parviennent, dans la nuit, à fleurir et décorer le monument aux morts, alors que les Allemands sont en position sur la place du château de la Tour d’Aigues, à deux pas.
Le 15 mars 1944, 14 locomotives gardées militairement sont sabotées à la gare de Pertuis. Cette gare était un centre important des transports ferroviaires de la région et comportait une rotonde où étaient garées et entretenues les locomotives à vapeur. Cette action de la Résistance, conduite par Yves LARIVEN, du réseau « FER », fait partie de la préparation du débarquement allié du 6 juin en Normandie Le groupe se composait de SAUZE, Jean GAY, LARIVEN et ESPITALIER. Il s’agit de désorganiser le système de transports ferroviaires du territoire français et de ralentir l’acheminement des renforts allemands pendant les opérations. Arrêté peu après, Yves LARIVEN sera exécuté le 20 mai au Fort St Nicolas à Marseille. 
Le 13 mai 1944 à 14h, Léonce TRINQUARD est fauché par une rafale de mitraillette place Jean Jaurès, puis enlevé par 3 hommes dans une traction-avant Citroën. Cette voiture de la Gestapo est ensuite vue à la Tour d’Aigues où les Allemands cernent la ferme de Marius VAU, y trouvant un important stock d’armes et de vivres. Léonce TRINQUARD a survécu à ses blessures, mais restera en prison jusqu’en août 1945.
Le 15 mai Gestapo et miliciens investissent le village de Mirabeau aidés par de nombreux soldats de la Wehrmacht. Mairie, école et logement de l’institutrice, Marthe KINDSFATER, sont minutieusement fouillés. Les enfants sont interrogés dans la cour de l’école, les hommes rassemblés dans la cour du château. Francis TROUCHET et son père y sont rudement interrogés devant les marins. La perquisition du château ne donne rien. En fait l’émetteur radio que l’on cherchait était caché sous l’estrade de la salle de classe. Une descente eut également lieu à la ferme Pignoly au Vallon de St Christol puis à Font Claire, la colonie de vacances des Aciéries du Nord. Le gardien M. LIEUTAUD est arrêté, transféré à Avignon puis relâché trois semaines plus tard.