Réponses

Meilleure réponse !
2013-06-26T11:23:30+02:00

1. La scène se déroule chez l'oncle du narrateur, dans un pavillon éloigné, elle se passe la nuit.

2. "Je", "mon", "je", "me", "j'", "ma" => Tous ces pronoms possessifs traduisent un point de vue interne.

3. L'évènement étrange et invraisemblable est que la tapisserie représantant Omphale se détache du mur et "sautille sur le parquet". On dirait même qu'elle prend vie.

4. "pourtant" (l.13) = adverbe de liaison

5. Déjà, le suspense. On ne sait pas ce qu'il va se passer par la suite mais on sait, grâce à la peur que montre le narrateur et l'étrange "comportament" de la tapisserie, que ça ne va pas s'arrêter comme ça, qu'il y aura sûrement une suite.

6. Les groupes verbaux "il me sembla" (l.3) et "je crus voir" (l.7) mettent en évidence le doute du narrateur. Cela pourrait seulement être l'imagination du narrateur, qui se méfie tellement qu'il croit voir des illusions. Ou il pourrait tout simplement avoir vu son ombre passer ... 

7. Synonyme de "crainte" = "peur" et "frayeur". D'abord, il n'ose pas regarder la tapisserie, ensuite, il se cache dans son bonnet de nuit.

8. Cet extrait est purement fantastique car les objets ne peuvent bouger, et encore moins, sauter sur le parquet.

9. Un soir, un jeune homme alla chez son oncle, séjourner un moment. Son oncle lui attribua un pavillon dans lequel est accrochée une tapisserie d'Omphale, la reine qui a séduit le héros Hercule, dans la mythologie ancienne. Une nuit, le narrateur prit peur car il crut voir la tapisserie bouger. Cette peur se renforca la nuit où la tapisserie s'est détachée et s'est mise à côté du narrateur ...