Le mois de septembre est splendide et les hôtels bondés. Etretat (Seine-Maritime, France) et le Touquet constituent l'été, de ce côté du chenal, une sorte de fief anglais.

Le corps de la victime est perché tout au-dessus de la falaise qui, à cet endroit, atteint une centaine de mètres de hauteur et au bord extrême de laquelle les vaches viennent brouter. Ce n'est pas un promeneur ni un paysan qui en a fait la macabre découverte, mais un gendarme nommé Liberge qui s'en revenait de Bénouville — un village de trois-cents âmes situé à deux kilomètres et demi d'Etretat — en longeant le sentier de la falaise.

Dans les hautes herbes, Liberge aperçoit d'abord quelque chose de clair ; c'est l'instant d'après qu'il voit les restes d'une femme qui a dû être jeune, riche, jolie, mais n'offre plus qu'un spectacle affreux. C'est le crime ignoble : le dépeçage. Ça et là, des lambeaux de vêtements : un pull-over de soie, une combinaison et quelques bouts de tissu très fin.

Liberge court coudes au corps jusqu'à Etretat où le brigadier, plutôt que de se montrer, trop zélé, téléphone aussitôt à Paris. Cinq heures plus tard, l'inspecteur G.7 est sur place. Le soir, le corps est à la morgue et les journaux ne soufflent pas un mot de l'affaire.

Le lendemain, G.7 a son idée et fait paraître dans la presse l'annonce suivante :Trouvé, sur la grand-route d'Etretat à Bénouville, une bague avec diamant rose. S'adresser à M. Henry, Hôtel Meurice, tous les jours de 18 à 19 heures.

La bague, ce n'est pas une invention de G.7 : elle existe réellement. Il la retirée du doigt même de la victime qui, par ailleurs, avait été dépouillée de tout ce qui aurait servi à établir son identité. Comment, dès lors, l'assassin avait-il pu commettre un oubli pareil ? Ou alors avait délibérément négligé la bague ?

Parallèlement, une enquête discrète est menée. Aucune voyageuse descendue dans un hôtel de la ville n'a mystérieusement disparue. Les polices des villes alentours ont été alertées. Par ailleurs : aucune plainte, aucune disparition signalée. D'après les médecins légistes, la victime devait avoir une trentaine d'années. La mort était due à la strangulation et le sinistre dépeçage réalisé par une main qui ne tremblait pas.

Suite à l'annonce, une jeune femme (moins de vingt-deux ans) se présente. Elle est jolie et pétillante, avec un fort accent anglais. Elle se trouvait à Calais — ses vacances étant terminées — et s'apprêtait à embarquer pour l'Angleterre quand elle a lu les journaux. La bague est un souvenir de sa mère…

G.7 lui demande de décrire le bijou. L'Anglaise donne des détails qui ne laissent aucun doute sur sa connaissance de l'objet. L'inspecteur lui remet la bague et lui demande d'établir un reçu. La jeune femme s'exécute sans se troubler, mentionnant son nom et son adresse, à Londres et prend congé. Dans la rue, une voiture l'attend. Un homme d'âge mûr — blanc de cheveux, avec un visage glabre froid — se trouve au volant. Depuis sa fenêtre, G.7 relève le numéro d'immatriculation du véhicule et contacte Scotland Yard.

Le chauffeur se nomme sir Herbert Howard (cinquante-cinq ans). C'est un ancien membre de la Chambre des communes qui a épousé voilà un an une danseuse américaine âgée de trente ans, se faisant appeler Dorothy Bird, mais dont les origines sont plus que douteuses. A cause de ce mariage, il renonce à la politique. Depuis trois semaines, il séjourne avec sa femme à l'hôtel Majestic d'Etretat.

De déductions en vérifications, G.7 établit qu'au moment de faire la connaissance de sir Howard, Dorothy est la maîtresse d'un aventurier américain qu'elle délaisse aussitôt. Car, pour elle, s'ouvre la belle vie et la fortune. Seulement, le compagnon des mauvais jours la fait chanter. Peut-être même fait-il aussi chanter le mari de son ancienne complice.

Lorsque Dorothy signifie à son amant qu'il n'obtiendra plus rien d'elle, il la tue et se débarrasse du corps sur la falaise, là où le gendarme Liberge l'a découvert. Constatant la disparition de sa femme, sir Howard se doute qu'un drame a eu lieu. Déjà compromis par cette mésalliance, il décide de rentrer seul en Angleterre. A Calais, en lisant le jouranl, il tombe sur l'annonce concernant la bague. Pour la récupérer, il engage une girl à laquelle il fait jouer le rôle qu'on connaît.

L'assassin, aussi, a lu le journal. Il épie les moindres faits et gestes de l'inspecteur. C'est ainsi que la police procède à son arrestation, alors qu'il se trouve sous les fenêtres de l'hôtel Meurice où loge G.7.

La justice française n'a qu'un crime à reprocher à l'ex-amant de Dorothy Bird. Aussi s'en dessaisit-elle au profit de la justice américaine qui, elle, va lui demander compte d'une douzaine d'assassinats, pour le moins.

il faut le resumer en 13 lignes

c pour mon exam

1

Réponses

2013-06-11T15:56:11+02:00

 

En ce mois de septembre, le  corps d'une jeune  femme morte par strangulation et dépecé est trouvé  sur une falaise d'Etretat par le gendarme  Liberge, qui prévient les services de police parisienne et l'inspecteur G.7 se déplace.Il n'y a aucun indice sauf une bague et aucune disparition n'a été signalée.

Celui-ci  fait paraître dans la presse une annonce  signifiant qu'une bague avec diamant rose. avait été trouvée et que nous recherchons son propriétaire .Une jeune femme  anglaise se présente décrivant à merveilles la bague , elle repare avec celle-ci dans un voiture où un homme l'attend ;en fait cet homme n'est autre que le mari de la femme assassinée,, ce lord anglais a commis une mésalliance  en épousant la victime , une danseuse américaine.Pour récupérer la bague il embauche une girl.Pendant ce temps l'assassin un américain, l'ex-amant de la danseuse qui  la faisait  chanter ainsi que son mari épie l'inspecteur mais il est arrêté rapidement pour meurtre.Cet homme sera traduit en justice, en Amérique , où il a connu une douzaine d'assassinats.

 

Voilà pour moi. A plus.