Bonjours j'aurais besoin d'aide sur ces 3 questions sur le corpus. Merci d'avance pour votre aide.

Texte A. La Fontaine, « Les obsèques de la lionne », Fables, livre VIII, 14

La femme du Lion mourut :

Aussitôt chacun accourut
Pour s’acquitter envers le Prince
De certains compliments de consolations,
Qui sont surcroît d’affliction.
Il fit avertir sa Province
Que les obsèques se feraient
Un tel jour, en tel lieu ; ses Prévôts y seraient
Pour régler la cérémonie,
Et pour placer la compagnie.
Jugez si chacun s’y trouva.
Le Prince aux cris s’abandonna,
Et tout son antre en résonna.
Les Lions n’ont point d’autre temple.
On entendit à son exemple
Rugir en leurs patois Messieurs les Courtisans.
Je définis la cour un pays où les gens,
Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents,
Sont ce qu’il plaît au Prince, ou, s’ils ne peuvent l’être,
Tâchent au moins de le paraître,
Peuple caméléon, peuple singe du maître,
On dirait qu’un esprit anime mille corps :
C’est bien là que les gens sont de simples ressorts.
Pour revenir à notre affaire
Le Cerf ne pleura point, comment eût-il pu faire ?
Cette mort le vengeait ; la Reine avait jadis
Étranglé sa femme et son fils.
Bref, il ne pleura point. Un flatteur l’alla dire,
Et soutint qu’il l’avait vu rire.
La colère du Roi, comme dit Salomon,
Est terrible, et surtout celle du roi Lion :
Mais ce Cerf n’avait pas accoutumé de lire.
Le Monarque lui dit : Chétif hôte des bois
Tu ris, tu ne suis pas ces gémissantes voix !
Nous n’appliquerons point sur tes membres profanes
Nos sacrés ongles ; venez, Loups,
Vengez la Reine, immolez tous
Ce traître à ses augustes mânes.
Le Cerf reprit alors : Sire, le temps de pleurs
Est passé ; la douleur est ici superflue.
Votre digne moitié couchée entre des fleurs,
Tout près d’ici m’est apparue ;

Et je l’ai d’abord reconnue.
Ami, m’a-t-elle dit, garde que ce convoi,
Quand je vais chez les Dieux, ne t’oblige à des larmes.
Aux Champs Elyséens j’ai goûté mille charmes,
Conversant avec ceux qui sont saints comme moi.
Laisse agir quelque temps le désespoir du Roi.
J’y prends plaisir. À peine on eut ouï la chose,
Qu’on se mit à crier : Miracle, apothéose !
Le Cerf eut un présent, bien loin d’être puni.
Amusez les Rois par des songes,
Flattez-les, payez-les d’agréables mensonges :
Quelque indignation dont leur cœur soit rempli,
Ils goberont l’appât, vous serez leur ami.

La Bruyère, Les Caractères, « De la cour » (19, 5)

« Ne croirait-on pas de Cimon et de Clitandre qu’ils sont seuls chargés des détails de tout l’État, et que seuls aussi ils en doivent répondre ? L’un a du moins les affaires de terre, et l’autre les maritimes. Qui pourrait les représenter exprimerait l’empressement, l’inquiétude, la curiosité, l’activité, saurait peindre le mouvement. On ne les a jamais vus assis, jamais fixes et arrêtés : qui même les a vus marcher? On les voit courir, parler en courant, et vous interroger sans attendre de réponse. Ils ne viennent d’aucun endroit, ils ne vont nulle part : ils passent et ils repassent. Ne les retardez pas dans leur course précipitée, vous démonteriez leur machine ; ne leur faites pas de questions, ou donnez-leur du moins le temps de respirer et de se ressouvenir qu’ils n’ont nulle affaire, qu’ils peuvent demeurer avec vous et longtemps, vous suivre même où il vous plaira de les emmener. Ils ne sont pas les Satellites de Jupiter, je veux dire ceux qui pressent et qui entourent le prince, mais ils l’annoncent et le précèdent ; ils se lancent impétueusement dans la foule des courtisans ; tout ce qui se trouve sur leur passage est en péril. Leur profession est d’être vus et revus, et ils ne se couchent jamais sans s’être acquittés d’un emploi si sérieux, et si utile à la République. Ils sont au reste instruits à fond de toutes les nouvelles indifférentes, et ils savent à la cour tout ce que l’on peut y ignorer ; il ne leur manque aucun des talents nécessaires pour s’avancer médiocrement. Gens néanmoins éveillés et alertes sur tout ce qu’ils croient leur convenir, un peu entreprenants, légers et précipités. Le dirai-je ? ils portent au vent, attelés tous deux au char de la Fortune, et tous deux fort éloignés de s’y voir assis. »

Questions sur le corpus :

1. Quelle est la cible commune visée dans les deux textes ? Quelles sont les critiques formulées par les deux auteurs ?


2. Quels sont les moyens littéraires employés pour convaincre et persuader dans ces deux textes ? Vous répondrez à la question de façon organisée et argumentée, en citant les textes, et en relevant les procédés stylistiques et rhétoriques caractéristiques.


3. Quelle est la place de l’humour dans chacun des textes ? Appuyez-vous sur leurs registres respectifs pour répondre.

1

Réponses

Meilleure réponse !
2013-05-28T16:12:18+02:00

1)

Intoduciton des deux texte: auteur, titre date..

Texte de la Fontaine: (a mettre en forme)

-La Fontaine critique les courtisans: 'Monsieurs les courtisans' v16 alors qu'il est en train de les comparer a des animaux

-Critique leur manque de personnalite grace q l'antithese: 'tristes, gais' v18 et 'pret a tout a tout indifferets' v18

-seule le roi pense et reflechi: 'on dirait qu'un esprit anime mille corps' 

-Il courtisans sont les pantins du roi: 'peuple singe du maitre' v21

-La fontaine critique leur hypocrisie: utilise verbes d'etat 'paraitre' v20 Plus explicite quand il ecrit: ' sont ceux qu'il plait au roi'

-Donne le 'mode d'emploi' pour devenir courtisan dans la morale: 'amusez les rois'; 'flattez  les'; 'payez leurs d'agreables mensonges'

Conclusion

Texte de la Bruyere: (a mettre en forme)

-critique egalement les courtisans, mais leurs inutilite en utilisan l'ironie: 'on les voit courrir' v5 alors qu'ils ne viennent d'aucun endroit et ne vont nul part'; 'ils savent a la cours tout ce qui l'on peut y ingnorer'; 'si utile a la Republique'

-Critique leur stupidite: ils ne se rappelelnt jamais de rien: ' ressouvenir qu'ils n'ont nulle affaire'

Conclusion

Conclusion generale

 

 

2)

Mini intro

 

La fontaine

-fable, donc recit agreable a lire, rimes...

-personnages sont des, donc c'est plutot originale

-questions rethoriques pour interpeler le lecteur

-tournures orales, renforce l'impression de discours oratoire,plus agreavle a lire

 

La bruyere

 -procedes stylistiques: tournures orales

-quesitons rethoriques

 

Conclusion:

les 2 cherchent a persuader plus qu'a convaincre 

 

3)

Intro: humour tres present dans les 2 textes

La fontaine:

-caricature avec animaux typiques

-a deja la censure grace a ca, donc n'utilise pas l'ironie, critique ouvertemnet

Conclustion: satire

 

La bruyere:

-utilise beaucoup l'ironie

-la longue liste d'adjectif exprimant leur empressement est donc doublement ironique

 

Conclusion