Réponses

2013-05-24T23:52:18+02:00
Dans un cas on emploie des moyens picturaux qui vont produire l'idée de rythme (même s'il n'est pas présent dans l'œuvre) dans l'autre on envisage le rythme comme moyen pictural pour produire du sens.
À mon avis c'est plutôt la deuxième solution qui doit être envisagée ("employer le rythme" plutôt que "exprimer le rythme") parce que plus intéressante, plus riche et offrant plus de possibilités expressives.

Commençons par définir ce que veut dire le rythme en art : c'est une répétition d'intervalles entre des éléments picturaux (entre deux formes, deux couleurs, deux gestes, deux matières, etc.).
Ainsi il n'y a pas de rythme si je peins dans tous les sens une même forme (par exemple un aveugle), en revanche il y en a un si, à peu près tous les trois centimètres, j'aligne des formes même si elles sont totalement différentes.

Passons à la question du rythme à travers l'histoire. On en trouve partout, et dès les premiers temps de la pensée symbolique (il y a entre 40 et 70 000 ans).
Je propose de resserrer la question autour du rythme producteur de sens au sein de notre tradition picturale européenne.