Devoir

Avatar de l'utilisateur Danielouuuu

Salut, j'ai besoin d'aide pour mon devoirs. Mon devoir est dans les pièces jointes.

Salut, j'ai besoin d'aide pour mon devoirs. Mon devoir est dans les pièces jointes.

par Danielouuuu

Besoin de plus d'informations ? Demande !

Demande à Danielouuuu plus d'informations sur cette question...

Réponses

Réponses

Avatar de l'utilisateur zine97
Zine97 a répondu sur iOS
Questions :

1. Le lieu évoqué dans le texte est une cave.

2. Nn

a. L’odeur des pommes est associée à l’automne.

b. « Il y a l’automne de l’école enfermé là », « la pluie bat les carreaux », « l’odeur a pris tous les bruns, tous les rouges », « octobre ».

3.

a. le temps est le présent de l’indicatif.

b. L’effet produit est que le présent rend le texte plus vivant et intemporel. Le lecteur a l’impression d’être présent avec l’auteur et de partager avec lui cette scène.

4. Les sens sont : l’odorat (« l’odeur des pommes », « le parfum des pommes »), la vue (« les pommes sont là, disposées sur des claies »), le toucher (« la douceur de la peau »)

5. Le narrateur utilise principalement le pronom indéfini « on » car il raconte une expérience pouvant être partagée par tous, notamment par le lecteur.

6.

a. le champ lexical du passé : « ride », « passé », « encre violette », « enfance âcre ».

b. Le narrateur fait allusion à son enfance : « automne de l’école », « encre violette » , « papier de pleins, de déliés », il apprend à écrire.

7. « L’odeur des pommes est une déferlante » signifie que le narrateur est surpris par cette odeur qui arrive sur lui d’un coup en entrant dans la cave, il se sent submergé par celle-ci, comme une vague qui arriverait sur lui.

8. L’émotion provoquée est la nostalgie de l’enfance (« vague à l’âme », « comment avait-on pu se passer si longtemps de cette enfance ») Le narrateur est adulte et se trouve attendri lorsqu’il est rattrapé par cette odeur qui provoque en lui le souvenir de l’enfance.

Réécriture

Nous entrons dans la cave. Tout de suite, c’est ça qui vous prend. (…). Nous n’y pensions pas. Nous n’avions pas envie de nous laisser submerger par un tel vague à l’âme (…) Comment avions-nous pu nous passer si longtemps de cette enfance âcre et sucrée…
  • Commentaires
  • Signaler comme abus!
  • Merci (1)
  • note

Commentaires

Ecris ton commentaire ici...